Métiers du vin

Benoît Carles, courtier en vins

Benoit Carles

Benoît Carles courtier en vin, nous explique son métier et nous parle des marchés du vin bordelais. D’un père négociant en vin, il a été initié jeune à ce milieu et travaille à son compte. Il se définit comme un électron libre qui parcourt la Gironde pour essayer de trouver les meilleurs vins au meilleur prix.

Intermédiaire entre le viticulteur et le négociant, le courtier en vin les met en relation. Il conseille et fait vendre le vin. Il est là pour optimiser la transaction entre les deux partis. Benoît s’occupe aussi bien des Grands Crus Classés que des vracs. Il répond à l’appel d’offre des négociants, qui eux même-doivent trouver un vin pour un client (grande surface, export…). Après signature du bordereau d’achat, il doit faire en sorte que le contrat s’exécute pour éviter tout litige. Historiquement les courtiers étaient présents à la retiraison du vin sur un achat vrac, ce qui est rarement le cas aujourd’hui.

Ecoutez le podcast de Benoît Carles

Les viticulteurs sont très au fait des cours des vins, grâces aux cotations du CIVB. Le courtier vient les rencontrer à la propriété et après dégustation, il propose un prix en fonction de la qualité du lot. Pour se concentrer sur la production des vins, les viticulteurs aiment signer des partenariats avec les maisons de négoce, grâce au réseau des courtiers.

Il y a plusieurs manières de vendre le vin : en bouteille ou en vrac, mais aussi le négociant peut organiser une mise en bouteille à la propriété pour que le viticulteur garantisse la qualité du vin. Le courtier intervient toujours sur un marché de gros avec des volumes importants.

Les vins les plus faciles à vendre ? Evidement ceux qui ont le meilleur rapport qualité-prix ! Il faut savoir que certaines appellations soufrent : le Sauternais, mais aussi les Côtes de Bordeaux ou les Bergerac. En revanche les grands crus classés tirent le marché, et les premiers d’entre eux sont très demandés.

Suite au millésime 2013, le marché des vracs a évolué à Bordeaux. La mauvaise météo avec pluie, froid et grêle a eu pour conséquence une baisse de la quantité de vin et de la qualité, même si les techniques œnologiques, ont permis d’éviter le pire. Les conséquences sont une hausse brutale des prix et une perte de marché pour les vins de Bordeaux qui n’ont pas été produits en quantité suffisante. Benoît conseille d’ailleurs aux viticulteurs d’investir dans l’outil de production, de suivre les avancées techniques pour que la qualité soit toujours au rendez-vous.

Pour devenir courtier ? Il faut avoir des aptitudes à la dégustation et au commerce et passer un examen, après avoir exercé avec un courtier pendant au moins 6 mois. Le courtier établit une relation de confiance entre les partis, il construit son réseau.

 

Benoît Carles, aime le côté humain de son métier, la relation avec le viticulteur, mais aussi le côté commercial et les challenges de la filière vin. Très au fait des évolutions du marché, son rôle de médiateur l’amène à de multiples rencontres autour d’un verre.

le 3 mars 2014

Mots-clefs :, , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Produits du terroir |
MasterChef |
guydeclercq |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alapatisserie
| Ma cuisine, ma passion !
| LesCréationsdeCristAlina